Argentine


Argentine - Jujuy / Salta / Chaco / Formosa
24 Jan 2024 4 Feb 2024
Thierry 5 February 2024  -   -   -  Lecture ~ 22 min.
Le tracé représente notre parcours - 2015/16 - 2017 - 2018 - 2018/19 - 2019/20 - 2022 - 2023/24

Argentine

Cet article couvre la période du 24 janvier au 04 février 2024, au cours de laquelle nous avons visité la région de Salta au Nord-Ouest de l’Argentine avant de traverser une partie du pays d’Ouest en Est pour entrer au Paraguay.

24 janvier

Passage de frontière à Jama simple et rapide, les Chiliens et les Argentins sont dans le même bâtiment les uns à la suite des autres. On évite le contrôle sanitaire. On nous accorde 90 jours et 8 mois pour Thor. Nous avions pris le minimum d’essence à San Pedro en raison du prix et notre premier arrêt est dans une station service. Le pompiste m’annonce que leurs TPE sont en panne, il faut payer en numéraire. Devant ma tête dépitée, il me montre un distributeur. Je retire donc de l’argent mais je ne peux retirer que 16000 Ars (17 €) par retrait sur lesquels la banque prend 8500 Ars de frais, une escroquerie. Je retire uniquement la somme qui me permet de mettre 30 litres, histoire de rejoindre Susques notre première étape où nous arrivons en fin de journée. Les paysages côté argentin sont très différents par rapport au Chili comme la météo, les nuages sont agglutinés contre la cordillère, d’immenses cactus font leur apparition dans le décor. Le village est très petit, peu de boutiques, l’unique station essence semble dater d’une autre époque. Après un rapide tour, on trouve un bivouac ; on verra demain pour la logistique.

25 janvier

Ce matin promenade à pied dans ce village minier perdu des Andes qui se trouve sur la célèbre Ruta 40 qui traverse l’Argentine du Nord au Sud en longeant la cordillère. Susques a été implanté au point de rencontre de plusieurs rios qui se réunissent là pour former le Rio de las Burras. On visite l’église Notre Dame de Belén, très simple avec son toit en paille, elle serait la plus vieille église du Nord de l’Argentine.

Susques - [Argentine]

Susques - [Argentine]

On se rend dans les quelques boutiques du village mais impossible de trouver une carte sim. On n’a pas plus de chance avec le guichet Western Union qui est bien ouvert mais qui ne dispose pas de cash. En dernier recours, on se rend à la seule banque du coin où on nous confirme que nous ne pouvons retirer que 16000 Ars par retrait avec les frais… On décide de quitter les lieux mais avant on passe à la station essence qui malgré toutes les apparences est en service. La pompiste est habituée aux voyageurs dont les stickers recouvrent toutes les pompes. C’est une véritable femme d’affaire, elle prend toutes les monnaies, calculatrice en main pour calculer le change. En réunissant les pesos boliviens qui nous restent plus quelques dollars, on arrive à prendre 30 litres d’essence, assez pour arriver jusqu’à notre prochaine étape.

On prend la route 52 vers Purmamarca. Après une longue route sur l’altiplano, qui est bien moins beau qu’au Chili, on traverse le Salar Salinas Grandes (3415 m) où de nombreux cars déposent des vagues de touristes. On y fait un petit arrêt rapide avant de reprendre la route. Il faut dire qu’après le Salar d’Uyuni, on est un peu blasés. Tout autour, il y a de nombreux panneaux de protestations contre le projet d’exploitation du Salar pour en extraire le lithium si cher à nos pseudo écolos bobos parisiens…

Salinas Grande - [Argentine]

Salinas Grande - [Argentine]

A la fin de l’altiplano, on attaque une descente vertigineuse, la Cuesta de Lipan, où l’on passe de 4170 mètres à un peu plus de 2000 mètres en quelques dizaines de kilomètres. Il y a plusieurs portions de lacets et épingles très serrés qui sont impressionnants. Il vaut mieux savoir maitriser l’utilisation de son frein moteur pour descendre sans risque. De nombreux véhicules de faible puissance étaient arrêtés dans le sens de la montée car les moteurs avaient chauffés idem dans le sens de la descente où les freins n’étaient plus efficients.

Une fois dans la vallée du Rio de la Quebrada de Pumamarca, la route est très belle le décor change radicalement avec des montagnes aux couleurs surprenantes.

Purmamarca - [Argentine]

Arrivés à Pumamarca on fait plusieurs campings pour finir finalement au parking municipal très près de la place principale et qui offre électricité et eau. Une fois installés, nous partons à la découverte de ce très beau village, très touristique, entouré de montagnes multicolores. Sa place centrale abrite un grand marché artisanal, de nombreuses boutiques, bars et restaurants accueillent une foule de touristes. Pumamarca est une étape de la boucle Nord de Salta. On trouve rapidement une boutique qui me vend une carte Sim de l’opérateur Claro. Etant étranger, je dois enregistrer le N° Imei de mon téléphone sur un site officiel pour activer mon compte mais ce dernier ne fonctionne pas. Possédant également un guichet Western Union, je décide de m’envoyer de l’argent via cette plate forme qui applique un taux de change plus avantageux que celui des banques officielles. En effet, je m’envoie 200€ et je récupère 278200 Ars soit l’équivalent de 300 euros au taux officiel, c’est la magie de l’Argentine… Sachant que les principaux billets en Argentine sont de 1000 et 2000 Ars, on se retrouve avec des liasses de billets, j’en mets dans toutes mes poches… La plupart des commerçants ont des machines à compter les billets pour ne pas perdre trop de temps en caisse et limiter les erreurs.

Avec cette inflation constante qui mine l’économie argentine depuis des décennies, il est plus avantageux pour nous de tout payer en numéraire plutôt que d’utiliser la CB. Une grande partie des Argentins misent beaucoup sur le nouveau président, Javier Milei, pour redresser le pays. Ce dernier envisage de laisser tomber la monnaie nationale au profit du dollar US comme certains pays d’Amérique centrale. On passe le reste de la fin de journée dans la boutique pour tenter de faire fonctionner ma carte sim, même un client s’y met, mais rien n’y fait.

Pumamarca - [Argentine]

Purmamarca - [Argentine]

Pumamarca - [Argentine]

26 janvier

Ce matin je fais une petite randonnée de 3 km qui serpente entre les magnifiques montagnes qui entourent la ville, c’est vraiment surprenant et inattendu, contrairement à la montagne aux 7 couleurs du Pérou qui est en forme de strates, là ce sont plusieurs montagnes qui surgissent aux couleurs très différentes.

Purmamarca - [Argentine]

Purmamarca - [Argentine]

De retour je m’arrête dans une épicerie nous prendre une bouteille de vin argentin, un Malbec, il faut profiter d’être ici pour découvrir leur vin. Celui-ci est très puissant mais très bon. En fin d’après-midi, je refais la randonnée avec Corinne pour découvrir ces paysages au soleil couchant. De retour on passe à la laverie récupérer notre linge tout propre. Après un petit tour en ville, on mange dans un restaurant au final assez basique.

Purmamarca - [Argentine]

Purmamarca - [Argentine]

27 janvier

Ce matin pendant que l’on fait le plein d’eau, deux camping-cars européens arrivent. Ce sont des Chiliens qui ont acheté leur véhicule à d’anciens voyageurs. Depuis, ils passent toutes leurs vacances d’été au Brésil, on discute un long moment, Thor leur fait vraiment envie…

On prend finalement la route direction plein Nord sur la Quebrada de Humahuaca (Gorge de Humahuaca) qui est la partie asphaltée de la boucle Nord. La route longe le lit du Rio Grande. Le décor tout au long des 70 kilomètres qui nous séparent de Humahuaca est magique. Maimara est notre premier arrêt. On peut y voir la palette du peintre, un flan de montagnes naturellement découpées, aux couleurs incroyables.

Maimara - [Argentine]

Maimara - [Argentine]

La route pour arriver à Tilcara et très belle, on y voit notamment des vignobles parsemés de cactus. Cette ville coloniale est un peu comme Pumamarca avec ces dizaines de boutiques dans le style Hippie chic. En début d’après-midi je visite un site archéologique de « Pucara de Tilcara » et son jardin botanique, pas inoubliable si l’on considère que tout a été reconstruit toutefois la vue depuis le site est très belle et le jardin botanique abrite une curiosité, une pierre qui sonne comme une cloche…

Quebrada de Humahuaca - [Argentine]

Tilcara - [Argentine]

Tilcara - [Argentine]

On finit notre route à Humahuaca, On trouve un bivouac au bord du Rio Grande, avec d’autres voyageurs, Argentins et Brésiliens. Le village est très vivant avec un très beau marché artisanal et un immense monument dédié aux héros de la guerre d’indépendance. On fait quelques provisions dont du saucisson de lama… très bon et goûteux.

Humahuaca - [Argentine]

Humahuaca - [Argentine]

28 janvier

Ce matin dernier tour dans Humahuaca pour bénéficier d’une bonne lumière pour prendre quelques photos puis on reprend la route en sens inverse, plein Sud. On ne peut pas faire le reste de la boucle avec Thor car la piste est réputée comme étant difficile et étroite par endroit.

Humahuaca - [Argentine]

Humahuaca - [Argentine]

La portion de la Quebrada est toujours aussi belle jusqu’à Pumamarca, on fait quelques arrêts supplémentaires, au village d’Uquia, au tropique du Capricorne que nous traversons une nouvelle fois.

Uquia - [Argentine]

Huacalera - [Argentine]

Après Pumamarca, la route descend tout doucement et peu à peu les montagnes perdent leurs belles couleurs pour laisser place à plus de végétation et d’agriculture. On passe dans la capitale régionale, San Salvador de Jujuy, mais on ne s’y arrête pas car la ville ne présente aucun intérêt. Nous y faisons toutefois le plein avec du Super 95 (0,58 €/litre), qualité suffisante pour le moteur rustique de Thor. On se débarrasse ainsi d’une bonne liasse de billets… Nous poursuivons notre route jusqu’à une autre capitale régionale Salta.

Nous nous posons dans le camping municipal qui dispose d’un immense bassin, c’est dimanche, nous sommes en pleines vacances d’été, c’est noir de monde, principalement des familles qui viennent se baigner. L’établissement dispose d’une grande zone réservée au camping-car, on trouve une place pour Thor avec de l’électricité et du wifi. A 18h00 tous les “non résidents” quittent le camping, il ne reste que quelques camping-cars, ça devient du coup très calme. J’en profite pour me mettre un peu à jour avant la nuit.

Salta - [Argentine]

29 janvier

Ce matin nous prenons un taxi pour trouver un garage Ford pour y faire effectuer la révision de Thor, le deuxième est le bon mais il veut voir Thor pour savoir s’il peut trouver les filtres. Rendez-vous pris pour cet après midi. Oui en Argentine la sieste est sacrée, tous les commerces ferment pour la pose méridienne et ne réouvrent que vers 16 ou 17 heures jusqu’à 20 ou 21h00. On reprend ensuite un taxi pour le centre ville où je trouve un grand magasin Claro qui règle mon problème d’inscription, on a enfin accès à la 4G… Je teste une nouvelle banque de la HSBC et le verdict est le même 16000 Ars max avec 8500 Ars de frais en plus. On trouve un bureau Western Union qui se trouve dans une grande surface Carrefour. Je m’envoie 300€ et je reçois 405063 Ars ce qui correspond à 450€ au taux officiel des banques, c’est fou… Du coup il y a la queue devant le guichet car ici tout le monde paye en liquide et se promènent avec des liasses de billets sur eux. Comme il n’y a pas de pièces pour la petite monnaie, aux caisses, ils arrondissent toujours les prix.

Salta - [Argentine]

Autour de la place principale, il y a énormément des gars qui font du change dans la rue, des dollars ou euros contre des Ars à un taux de change aussi très intéressant, on appelle ça le taux Blue, c’est en fait un vrai marché parallèle de l’argent en Argentine qui a pignon sur rue.

Les poches pleines de biftons… on va déjeuner dans un très bon restaurant où on commande une parillada, l’Argentine est le pays de la viande, au menu boudin, saucisses, poulet, porc et boeuf, un régal, le tout accompagné d’un vin rouge de Salta, un Malbec. C’est le serveur qui connaissant bien les vins français me l’a suggéré comme étant proche d’un bourgogne, effectivement il était peu tanique et très fruité.

Histoire de digérer, on va jusqu’à la gare à pied pour étudier la possibilité de prendre des billets pour “El tren a las Nubes” (le train des nuages). Ce train traverse les gorges de la Puna et emprunte 19 tunnels, 29 ponts et 13 viaducs. Je croyais que le train faisait Salta - San Antonio de Los Cobres aller et retour. Au final, il faut 5 heures de bus pour arriver à San Antonio de Los Cobres (3775 m) et puis de là on monte dans le train pour relier le viaduc La Polvorilla (4220 m) soit 22 Km. On fait l’aller et retour puis à nouveau 5 heures de bus pour revenir à Salta, je déclare forfait…

Salta - [Argentine]

Salta - [Argentine]

On déambule dans le centre ville puis on prend un Uber pour rentrer au camping et récupérer Thor pour nous rendre chez Ford, le responsable regarde un peu et me dit qu’il faut qu’il démonte le filtre à huile pour voir s’il trouve la même référence, le rendez vous est pris pour demain 9h00. Comme on est dehors on en profite pour trouver un laveur de camions et on offre à Thor une grosse douche, plus d’une heure de travail pour lui enlever terre et poussières de toutes les pistes que nous avons empruntées depuis la Bolivie, il est méconnaissable.

30 janvier

Ce matin direction Ford, à notre arrivée un mécano démonte les filtres et part en ville à la quête des bonnes pièces. On passe la journée à attendre dans Thor ne sachant pas quand il reviendra. Le seul point positif, c’est le bon wifi du garage qui nous permet de contacter longuement toute la famille. Vers 17h30, ils se mettent au boulot changement des filtres, vidange et à ma demande ils contrôlent la timonerie, les freins, les suspensions et la transmission, tout est OK. La facture est, quant à elle, salée…

31 janvier

Ce matin on repart en centre ville en taxi, on arrive à visiter la cathédrale, il faut tomber à un moment où elle est ouverte et entre les offices. Assez récente puisque reconstruite en 1882 à la suite d’une tremblement de terre qui a détruit l’ancien édifice. Le grand autel, dessiné par l’artiste jésuite Luis Giorgi est magnifique. La cathédrale sert aussi de panthéon pour les héros qui participèrent aux luttes victorieuses pour l’indépendance du pays, au début du 19ème siècle.

Salta - [Argentine]

Salta - [Argentine]

Nous visitons ensuite l’église et le musée San Francisco dont la construction a été finalisée en 1872. Le campanile fut construit en 1877. Avec ses 54 mètres de haut il s’agit du plus haut clocher d’Amérique du Sud. Les couleurs, terre cuite et ivoire, mettent en valeur toute l’ornementation riche et complexe. La façade principale présente de nombreuses influences italiennes. A l’intérieur, le corps central est décoré de guirlandes et fleurs aux couleurs très douces, pastel. Une immense croix avec le christ est pendue dans la nef, le plafond et le dôme sont magnifiques. La visite est guidée et nous avons eu la chance de la faire au son du grand orgue. Nous avons pu discuter avec l’organiste qui nous a conté l’histoire de l’instrument d’origine italo-germanique. La visite se conclut par l’ascension du clocher d’où l’on bénéficie d’une très belle vue sur la ville et les montagnes environnantes.

Salta - [Argentine]

Salta - [Argentine]

Salta - [Argentine]

On mange sur la place principale, une escalope milanaise accompagnée d’un bon vin blanc. Ils sont très forts ces Italiens car en plus des pizzas et des pâtes que l’on retrouvent dans le monde entier, depuis la Bolivie on constate que presque tous les restaurants proposent des escalopes milanaises de toute sorte, il y a même des restaurants entièrement dédiés à cette spécialité. On fait les boutiques puis on retourne au Carrefour pour retirer du liquide au WU, le garage nous a tout pris, puis nous en profitons pour faire quelques courses. Le temps se couvre, on rentre au camping. Sur place, on assiste à un défilé en musique des enfants des centres aérés qui dansent en musique autour de la grande piscine.

01 février

On quitte le camping ce matin pour découvrir la Quebrada las Conchas qui va nous conduire jusqu’à Cafayate. Il s’agit de la partie asphaltée de la boucle Sud. La première moitié de la route est une route de campagne bien agréable puis on rentre dans la quebrada où se succèdent de magnifiques paysages, on entre dans une vallée où les montagnes changent de couleurs et de textures sans arrêt, c’est impressionnant comme cette géologie torturée nous présente un spectacle magnifique. On fait de nombreux arrêts, très beaux malgré la grisaille, le tonnerre gronde dans la vallée.

Quebrada las Conchas - [Argentine]

Quebrada las Conchas - [Argentine]

Quebrada las Conchas - [Argentine]

Arrivés à Cayafate, on se dirige vers le syndicat d’initiative qui nous confirme que la Ruta 40 en direction du Nord est principalement composée de rupio. J’envisageais également de passer par San Miguel de Tucumán pour rejoindre le Paraguay mais on m’en dissuade, m’indiquant qu’il est préférable et plus sage de repasser par Salta. Après un petit tour rapide du centre ville, il n’y a rien de particulier à voir ici si ce n’est des propriétés viticoles à visiter et où déguster leurs productions. Finalement, c’est dans une micro brasserie bien sympa que nous finissons la journée à déguster bières et empanadas. On se trouve enfin un endroit calme pour dormir, super journée.

02 février

Ce matin on reprend la route direction Salta par la même route, la 68. Il fait beau et la lumière est bien différente. On refait quelques arrêts et petits trails notamment celui appelé Colorado qui porte bien son nom.

Quebrada las Conchas - [Argentine]

Quebrada las Conchas - [Argentine]

Quebrada las Conchas - [Argentine]

Quebrada las Conchas - [Argentine]

Arrivés à Salta, on fait quelques courses et le plein de carburant qui a augmenté de 11% depuis hier, ce sont les nouvelles mesures du nouveau président, elle reste quand même à 0,61€ le litre… On retourne dans le camping municipal où nous retrouvons notre emplacement pour notre dernière nuit dans la région.

03 et 04 février

Départ de Salta direction plein Est pour rejoindre le Paraguay. On quitte définitivement le relief Andin pour les grandes plaines monotones du centre de l’Argentine. On décide de rouler toute la journée en espérant s’approcher au plus près de la ville de Resistencia. On parcourt presque 800 km dans la journée sur une route pas toujours en très bon état mais pratiquement en ligne droite, c’est impressionnant. Le décor est composé principalement de forêts et grandes propriétés agricoles. La chaleur est étouffante.

Ce matin le ciel est couvert, la chaleur et la moiteur sont tout aussi étouffantes. On fait un passage par Corrientes avec une balade le long du Rio Paraña, la seule attractivité de la ville puis par Resistencia, pas très attirante. Après déjeuner, on reprend la route plein Nord en direction de Formosa puis de la frontière où on arrive en fin d’après-midi. On refait le plein d’essence à Clorinda dernière ville de l’Argentine avant de passer au Paraguay direction la capitale Asuncion, où elle est bien plus chère. Passage de frontière facile et rapide côté argentin puis on traverse le pont sur le rio Pilcomayo pour entrer au Paraguay.

Nous n’avons passé que 11 jours et parcouru un peu plus de 2000 km dans cet immense pays, la région de Salta est célèbre pour sa beauté naturelle époustouflante avec des paysages variés, des montagnes colorées, des vallées, des déserts et des vignobles. Dès que l’on rentre en Argentine, on s’y sent bien. Les Argentins sont chaleureux, plus expressifs, plus “européens” que leurs voisins du Nord. On dit d’ailleurs des Argentins que ce sont des Italiens qui parlent espagnol et se prennent pour des Français… tout est dit. L’italien est la deuxième langue parlée ici, à la fin du 19 éme siècle se sont plus de 2 millions d’Italiens qui ont émigrés ici. Nous aurons l’occasion, lors de notre prochain voyage, de mieux découvrir et profiter de ce pays.