Chili


Chili - Antofagasta / Santiago / Valparaiso / Maule
10 Jan 2024 24 Jan 2024
Thierry 24 January 2024  -   -   -   -  Lecture ~ 12 min.
Le tracé représente notre parcours - 2015/16 - 2017 - 2018 - 2018/19 - 2019/20 - 2022 - 2023/24

Chili

Cet article couvre la période du 10 au 24 janvier 2024, au cours de laquelle nous avons fait une petite incursion de 1900 km au Nord du Chili.

10 janvier

Après avoir passé le poste frontière bolivien, on reprend la route et faisons les 4 kilomètres qui nous séparent du poste chilien qui se trouve au pied du volcan Ollagüe qui est un peu actif. Les démarches à l’immigration sont hyper rapides par contre beaucoup d’attente du côté des douanes. Ils viennent finalement inspecter Thor avec un agent des services de l’agriculture qui effectue un contrôle sanitaire et nous pique tous nos citrons verts, adieu les ti’punch, pour le reste tout est OK. Les services chiliens sont très stricts au niveau sanitaire, on ne peut rentrer dans le pays avec aucun fruit et légume, viande fraiche, bois ….

Altiplano - [Chili]

Une fois le TIP de Thor obtenu, nous reprenons la route en terre chilienne. Notre dernière visite du Chili remonte à 2005… La route est goudronnée et nous traversons un altiplano incroyable où nous zigzaguons entre les volcans et salars. On voulait se poser à Calama mais les démarches administratives ont pris tellement de temps que nous nous arrêtons sur l’altiplano au pied du volcan Poruna pour la nuit. Cela fait trois mois que cette portion de route me hante, depuis que nous avons décidé de faire ce détour par le Chili mais, au final, tout s’est bien passé.

Altiplano - [Chili]

11 janvier

Nous partons de bonne heure pour Calama qui n’a d’attrait que d’avoir un aéroport. La différence entre la Bolivie et le Chili est saisissante, on a l’impression d’avoir fait un bon dans le temps. La signalisation routière est bien présente, les maisons ressemblent à des maisons, extérieurs finis, peintes et avec de vraies toitures, il y a de grands magasins, c’est moderne. D’ailleurs notre premier arrêt se fait dans un grand Mall pour retirer de l’argent et prendre une nouvelle SIM. Le petit point particulier ici c’est que les étrangers doivent aller sur un site internet pour inscrire le N° IMEI de leur téléphone avec photo du passeport et photo du timbre de l’immigration sous peine de voir son téléphone bloqué au Chili. Si seulement il y avait un dispositif similaire en France… Nous allons ensuite jusqu’à l’aéroport mais ils ne disposent pas de parking longue durée pour Thor. On se replie dans le seul camping de Calama, hors de prix, mais au moins il sera en sécurité pendant notre absence.

Après installation, on réserve nos billets pour Santiago et finissons la journée à préparer notre voyage.

12 au 19 janvier

Départ à 06h30 du camping, le taxi est presque à l’heure. Arrivés à l’aéroport, on embarque dans un A320 de la compagnie Latam. Le vol est magnifique, il longe la Cordillère des Andes jusqu’à Santiago. A notre arrivée Hilda et Ledda nous récupèrent, beaucoup d’émotions, cela fait 18 ans que l’on ne s’est pas vus, elles n’ont pas changé.

On passe une semaine incroyable où nous passons beaucoup de temps avec toute la famille. On passe quelques jours à Santiago puis à Algarrobo, une station balnéaire sur la côte Pacifique, puis quelques jours à San Clemente pour voir le reste de la famille. Ils parlent tous très bien français, entre autre, et c’est un réel plaisir que de partager ces moments, notamment avec Cristian et Rosanna qui s’apprêtent à acheter un camping-car, un peu comme le notre au Canada où résident leurs filles.

Le dernier jour, Ledda nous organise un dernier repas de famille à Santiago puis nous reprenons l’avion direction Calama où nous arrivons dans la soirée.

20 janvier

Ce matin, on prend un taxi pour aller faire des courses et remplir le frigo. En raison des règles sanitaires chiliennes, il est vide. On retrouve des produits que l’on achetait aux USA car ici une des grandes surfaces, “Lider”, appartient en fait à Walmart. De retour à Thor, on se met à jour et on travaille notre futur itinéraire.

Ce soir repas à la “française” car on a trouvé du bon pain, on s’ouvre une boite de pâté que l’on a ramené de France et j’ai trouvé au Lider du camembert chilien avec écrit “recette française”. Bon, rien à voir avec du camembert mais enfin un fromage avec un vrai goût, le tout accompagné d’une IPA de Valparaiso, excellente !!!!

21 janvier

Départ de Calama, belle route toute droite, on traverse de nombreux champs d’éoliennes et panneaux solaires. Il faut bien occuper tout ce désert. On passe non loin de la mine de Chuquicamata, la plus grande mine de cuivre à ciel ouvert du monde que nous avions visité lors de notre précédent voyage au Chili. Peu avant d’arriver dans la région d’Atacama le relief devient plus accidenté avec des couleurs magnifiques.

Atacama - [Chili]

On se rend directement à la Vallée de la Lune qui a été bien aménagée et est devenue payante depuis notre dernière visite. Nous faisons toutes les balades sous un soleil de plomb. Beaucoup de souvenirs et d’émotions pour ce lieu magnifique que nous avions visité il y a 18 ans avec nos enfants…

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

A la fin de la visite, nous rentrons dans San Pedro d’Atacama et trouvons un parking pas trop cher pour la nuit. Il faut dire que, depuis que le Dakar a fait escale ici, l’endroit est devenu très “hippie chic”. Les prix sont devenus très “occidentaux”. Nous passons la soirée à déambuler dans le village qui n’a pas trop changé, les rues sont toujours en terre, il y a énormément de poussière. De nombreuses boutiques en tout genre se sont ouvertes, il y a foule de touristes. Nous mangeons dans un restaurant très sympathique dont le repas nous revient à 65 €, certainement le repas le plus cher depuis le début de notre voyage…

Atacama - [Chili]

22 janvier

Ce matin on quitte San Pedro pour le Désert d’Atacama, on fait regonfler nos pneus et on prend un peu d’essence car assez chère au Chili, 1,33 € le litre. Au cours de la journée, on passera successivement par les Laguna Cejar et Piedra, le Salar d’Atacama qui nous a un peu déçu par rapport à nos souvenirs, surtout beaucoup moins blanc, certainement recouvert de poussière, de terre. Il est très différent de celui d’Uyuni car pas du tout lisse, il serait impossible d’y rouler dessus en voiture.

Atacama - [Chili]

On passe ensuite par le tropique du capricorne où nous posons pour la photo traditionnelle.

Atacama - [Chili]

A midi, on s’arrête dans le village de Toconao avec sa très belle église dont la charpente est en bois de cactus. Après le repas, on se dirige vers la Quebrada de Jere, une vallée encaissée, véritable oasis dans ce désert. Je fais une longue balade le long du ruisseau, le décor est aussi surprenant qu’insolite.

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

On poursuit notre route en direction de Socaire, dans ce désert entouré d’immenses volcans et montagnes aux multiples couleurs.

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

Nous finissons la journée par la Laguna Salar de Talar et la Laguna Tayajto. On en prend plein les yeux.

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

Cette route continue en direction de l’Argentine mais elle est réservée aux poids lourds et interdite aux touristes. Nous rebroussons chemin sur quelques kilomètres et trouvons un endroit abrité du vent pour y passer la nuit. Dire que l’on est seul au monde est un euphémisme. Nous sommes à presque 4000 mètres d’altitude, les températures baissent très vite dès que le soleil passe derrière les volcans, les étoiles sont toutes proches, dommage que la lune soit trop présente pour pouvoir en profiter pleinement, moments privilégiés et inoubliables…

Atacama - [Chili]

23 janvier

Effectivement la nuit a été très froide! Ce matin la lumière sur l’altiplano rend les paysages encore plus beaux, on fait retour tout doucement vers San Pedro avec de nombreux arrêts pour contempler ce paysage que j’adore et où je fais de nombreuses photos, trop…

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

Arrivés à San Pedro, on retrouve notre parking où j’arrive à me brancher au niveau électrique. On trouve dans le village une boulangerie “Franchuteria” où nous achetons de belles baguettes, croissants et pains au chocolat. Après un autre petit tour dans le village, on passe la soirée tranquille dans Thor. San Pedro est “seulement” à 2500 mètres d’altitude, on sent la différence de température avec la nuit précédente.

Atacama - [Chili]

24 janvier

On quitte San Pedro en ayant pris un peu d’essence pour arriver jusqu’en Argentine où elle est beaucoup moins chère. On attaque une longue montée qui va nous faire traverser carrément la cordillère d’Est en Ouest. Les paysages sont à couper le souffle, on navigue entre 4300 et 4500 mètres d’altitude avec deux passages à plus de 4800 mètres. Thor est impeccable et grimpe tel un sherpa.

Atacama - [Chili]

On fait de nombreux arrêts tant les paysages sont ouffissimes, je pourrais y passer des jours.

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

Atacama - [Chili]

20 Km avant d’arriver à la frontière, un homme avec son fils nous font de grands signes au bord de la route. On s’arrête, ils sont en panne avec leur Toyota Hilux. Je tente de les tracter mais leur moteur semble avoir rendu l’âme. Ils montent avec nous et nous les conduisons jusqu’au poste frontière. Ce sont des argentins de Formosa très sympas, ils nous remercient et nous laissent leurs coordonnées.

Passage simple et rapide au poste frontière de Jama, côté argentin. Les Chiliens et les Argentins sont dans le même bâtiment les uns à la suite des autres. On évite le contrôle sanitaire, nous avons 90 jours pour nous 8 mois pour Thor!!!

Cela a été un réel plaisir de faire ce court passage de 14 jours au Chili. D’une part pour avoir pu revoir la famille mais aussi pour avoir pu repasser par San Pedro d’Atacama. Nous serons de retour dans cet immense pays lors de notre prochain périple où nous visiterons sa partie Sud.